Simon Kimbangu, prophète et libérateur.
Simon Kimbangu, mythes et réalités

1. Simon Kimbangu, le Fondateur de l’Eglise Kimbanguiste:

Les Attributs de Papa Simon Kimbangu - Fondateur de l’Eglise Kimbanguiste.
A chaque époque, Dieu l’ Eternel envoie des Messagers pour soulager les peuples en détresse. Ces Envoyés spéciaux ont toujours apporté un message d’amour, de paix et de justice utile à l’humanité toute entière. Il y a beaucoup de témoignages à ce propos dans l’histoire de l’humanité. Ainsi, la quatrième génération de l’humanité commence après Jesus Christ, reconnu vers l’an 325 comme Dieu le Fils, suivant le symbole de foi de Nicé qui confirma que Dieu est trinitaire : Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint Esprit. Durant la 4è génération humaine, le mal et la méchanceté ont continué à s’accumuler sur terre. L’homme noir fut même transformé en marchandise à grande échelle par son prochain à travers l’humiliante et dévastatrice traite négrière, puis fortement torturé durant l’arrogante colonisation avant d’être finalement marginalisé, banalisé, ignoré suivant des méthodes contemporaines plus perfectionnées.

Les historiens chiffrent jusqu’à 2OO millions d’âmes, les noirs robustes et créatifs déracinés de leur mère-patrie et déportés de force pour devenir esclaves, de simples marchandises sur le marché mondial: un phénomène unique dans l’histoire de la 4è génération de l’humanité.

Dans le Royaume Kongo (Kongo Dia Ntotila), par exemple, l’arrivée des missionnaires européens a apporté la destabilisation, la désolation et le crime. Les missionnaires européens au lieu d’annoncer l’évangile de Jesus Christ, ont plutôt servi de tremplin pour l’intensification de l’esclavage des noirs, le colonialisme et le pillage effréné des richesses de l’Afrique.

La détresse et la douleur des peuples du Royaume Kongo s’approfondissaient.
Les missionnaires apparaissaient comme de veritables conquérants. Ils devenaient progressivement mercantiles, toujours en quête de biens materiels..
Les bateaux qui les amenaient en Afrique devaient rentrer en Europe chargés de cuivre, d’ivoires et d’esclaves. Evidemment, la carence des missionnaires et des prêtres, leur cupidité, leurs habitudes scandaleuses et immorales rendaient tout succès impossible dans le Royaume Kongo.

Toute resistance était sauvagement reprimée. Les missionnaires religieux utilisaient la chicotte pour forcer les Africains à aller à l’église. Finalement, les populations africaines commençaient à se demander si Jesus Christ que préchaient les missionnaires européens de l’époque, était bien le Dieu de l’homme noir.

Et c’est à juste titre, qu’aucours de cette période de détresse va se manifester concrètement un consolateur extraordinaire invisible appelé dans le Royaume Kongo "Kimbangu"-le revélateur du sens des choses cachées- ou ’’Nzambi a Mpungu’’ (Le Dieu Tout Puissant).

Il y avait déjà dans le Royaume une foi profonde dans le "Nzambi a Mpungu", une force surnaturelle, une force divine qui révelait effectivement le sens caché des choses. Cette puissance divine était appelée "Kimbangu". Ce consolateur extraordinaire va donc se manifester pour laver les cerveaux et conscientiser les humains. Il est venu avec une mission spéciale de libérer, réhabiliter la race noire auprès de laquelle il demeurera pour toujours parmi les hommes (Jean 14:16). Au départ, la manifestation de ce Consolateur (l’ Esprit de vérité) se faisait par sa puissance divine qui soulageait les peuples en détresse. Dans leurs lamentations et S.O.S., les peuples du Royaume Kongo,croyant profondément en Dieu Tout Puissant (Nzambi a Mpungu), se contentaient dans leur foi d’appeler à l’aide, d’invoquer le nom ’’Kimbangu’’. (Kimbangu signifie littéralement celui qui révèle le sens des choses cachées). Pour tout cas très grave (agonie, bébé muet à la naissance, "envoûtement", etc), il suffisait d’invoquer ou d’appeler ’’Kimbangu’’ à l’aide, le résultat était obtenu avec joie. Les peuples en étaient ainsi soulagés.

Cette pratique très courante s’est intensifiée sous l’époque de la prophétesse Kimpa Vita (ou Dona Béatrice ), brulée vive par les missionnaires européens à Mbanza Kongo le 2 Juillet 17O6. En effet, la jeune Kimpa Vita exposait et critiquait l’action négative des missionnaires, éclairant ainsi ses compatriotes sur la voie à suivre, celle du Dieu tout puissant tout en maintenant les valeurs culturelles africaines. Son message était accepté avec plaisir par les populations locales. Kimpa Vita devint très vite l’espoir dans le Royaume, mais forcément un obstacle sérieux pour les missionnaires européens. C’est pourquoi ces derniers commencèrent à fabriquer des histoires sordides sur elle et des alibis pour que la décision de la brûler vive soit prise. Leur but fut atteint: Kimpa Vita fut condamnée au bûcher.

Kimpa Vita, même en brulant au bûcher avec son petit fils ne cessait de répéter que la parole divine ne pourra jamais être brulée et quoi qu’il en soit KIMBANGU naitra et viendra arrêter l’esclavage et sauver l’homme noir.

Les peuples du Royaume Kongo étaient profondément désabusés par les missionnaires européens. Le rôle colonial, destabilisateur et mercantile des missionnaires a fini par provoquer le déclin du Royaume Kongo. Les puissances coloniales européennes mettaient déjà en oeuvre des stratégies pour le partage du monde dont les ouvriers bâtisseurs visés étaient les esclaves noirs. Dans le Royaume, les populations ont continué, malgré tout, à appeler ’’Kimbangu’’ dans leurs lamentations et leur détresse jusqu’en 1887. En effet, le mercredi 12 Septembre 1887 est né à Nkamba un fils (unique) dans le foyer de Papa Kuyela et Mama Luesi que ces derniers nommèrent sans hésitation Kimbangu Simon. Cela n’était point du hasard. Le temps l’a déjà confirmé avec force.

L’enfant Kimbangu était extraordinaire et doué d’une intélligence hors du commun. Il fit ses études à l’école baptiste de Ngombé-Luteté (Baptist Missionary Society) où il reçut une solide éducation chrétienne. Kimbangu - celui qui revèle le sens des choses cachées-, déjà à l’age de dix ans, en 1897, déclara à ses parents réunis autour d’un feu à Nkamba : " avant que vous ne soyez nés, j’existe... Vous n’y croyez pas! Sachez que mon nom sera connu dans le monde entier, mais vous ne vivrez pas quand ces choses s’accompliront’’. C’etait incroyable pour un enfant de cet age! Mais, c’était déjà en substance, l’annonce de l’universalité du Kimbanguisme.

Pendant son enfance, devant son ami Kupenda, le jeune Kimbangu transforma une amende pourrie en une noix fraiche et agréable; il transforma une plume en oiseau qui s’envola aussitôt. Avec autorité, Simon Kimbangu interdit à son ami d’en parler à quiconque avant le moment venu.

EN 191O, quatre ans avant son mariage coutumier, Papa Simon Kimbangu révèle à tous que Dieu lui accordera trois fils et que lui même renaitra en 1918. Ses trois fils sont, en effet, Kisolokele Lukelo Charles (12/O2/1914), Dialungana Kiangani Salomon - le Chef Spirituel actuel (25/O5/1916) et Diangienda Kuntima Joseph (22/O3/1918). Une déduction logique pour les fidèles kimbanguistes: Papa Simon Kimbangu et Diangienda Kuntima sont une même personne dans deux formes différentes. En général pour le commun des mortels, cela constitue un grand mystère. Mais, comme nous le constaterons plus bas, cela n’est qu’un simple jeu pour Papa Simon Kimbangu.

Le 4 Juillet 1915, Papa Simon Kimbangu est baptisé dans la rivière Tombé, située non loin de la Mission baptiste de Gombé -Lutété. Le même jour, avec Mama Mwilu Marie Kiawanga, ils se marièrent religieusement. Leur mariage coutumier, comme précisé ci-dessus fut célébré une année auparavant.

En 1918, le Christ apparait plusieurs fois à Papa Simon Kimbangu pour lui demander de paitre son troupeau . "Simon Kimbangu, mon peuple est infidèle, je t-ai choisi pour témoigner de moi et pour le conduire sur la voie de la vérité et du salut. Ta mission sera difficile, mais ne crains rien car je demeurerai toujours à tes cotés". + Se jugeant indigne et incapable devant l’immensité de cette mission, Papa Simon Kimbangu résista, tenta de décliner, mais vainement car le Christ précisera par la suite:
"Tu es celui que j’ai choisi pour guider mon peuple sur la voie du salut. N’aie crainte de rien, car c’est moi qui agirai à travers toi et je serai toujours avec toi".
+ Simon Kimbangu commencera finalement son ministère en qualité de catéchiste le 6 Avril 1921 par la guérison miraculeuse d’une femme agonisante nommée Nkiantondo à Gombé-Kisuka, près de Nkamba.

Son oeuvre et ses actions sont très puissantes. Ses contemporains ont peur, le pouvoir colonial belge tremble dans son fort interieur. Et pourtant, Papa Simon Kimbangu prêchait l’amour, le respect des lois divines, le travail bien fait, la paix, la non violence permanente,la justice, l’égalité des races. Il demandait d’abandonner les pratiques obscurantistes, les fétiches, la magie, les idoles et suivre uniquement le Seigneur Jesus Christ.

La parole pénétrante de Papa Simon Kimbangu était puissante et les populations croyaient et appliquaient ses enseignements. La foi en Jesus Christ grandissait parmi les Africains. Ils ont vu et assimilé plus, à travers le bref ministère de Papa Simon Kimbangu qu’à travers des siècles d’enseignement scandaleux par les missionnaires européens de ces époques. Les populations africaines étaient devenues pleines d’espoir et plusieurs d’entre eux avaient abandonné les vieilles pratiques pour suivre la voie de Jesus Christ que recommandait Papa Simon Kimbangu. Le succès de Papa Simon Kimbangu était manifeste et chacun voulait le voir et l’entendre. Les routes vers Nkamba etaient, alors toujours combles de monde venant de partout.

La conséquence de ce succès n’allait pas tarder. En effet, les missionnaires réligieux européens et autres locaux ne pouvaient pas faire ce que réalisait brillamment Papa Simon Kimbangu. Ils en étaient très jaloux, très complexés, gênés et cherchaient par tous les moyens à le faire arrêter, croyant ainsi "tuer le poussin dans l’oeuf".

Dans le cadre de sa mission libératrice, Papa Simon Kimbangu va déclarer aucours d’un culte matinal du samedi 1O septembre 1921 à Mbanza Nsanda : "... aujourd’hui, nous sommes encore persécutés, mais au temps fixé par le Seigneur, les Blancs deviendront des Noirs et les Noirs des Blancs; c’est à dire que nous assumerons les fonctions que ceux-ci exercent encore chez nous aujourd’hui, tandis qu’ils se verront contraints de se soumettre à nos décisions. Nous serons les maîtres chez nous comme ils le sont chez eux. En dépit des persécutions qu’ils nous font subir, nous avons l’obligation de les aimer, de ne pas les haïr car cela serait contraire à l’Evangile" .

+ Evidemment, les Autorités coloniales n’avaient retenu que le fragment suivant:
les Blancs deviendront des Noirs et les Noirs des Blancs. Comment ça ? L’incompréhension et la panique étaient manifestes. Pour le pouvoir colonial belge, ç’en était trop! Il fallait mettre fin à l"activité de Papa Simon Kimbangu. Le prétexte et l’alibi étaient ainsi trouvés par l’administration coloniale. S’engagea alors une véritable partie de chasse à l’homme.

Avec la complicité locale des réligieux (tout comme du temps de Jesus avec les pharisiens), Papa Simon Kimbangu vivement recherché par les Autorités coloniales belges pour être arrêté, va se rendre librement à ses bourreaux à Nkamba même, le lundi12 Septembre 1921 dans l’après midi - jour de son 34è anniversaire. Plusieurs autres personnes se firent librement arrêter le même jour avec lui, suivant l’exemple de leur Dirigeant.

Il fut emprisonné et jugé de manière crapuleuse à Mbanza-Ngungu (ex..Thysville). Un tribunal militaire fut mis en place pour la circonstance. Dirigé par l’unique juge, le commandant De Rossi, ce tribunal siégea du 29 septembre au 3 octobre 1921 et condamna injustement, abusivement Papa Simon Kimbangu à la peine de mort et à 12O coups de fouet. Le prisonnier et sa suite n’avaient aucun avocat pour leur défense, et étaient, donc totalement à la merci des caprices et des humeurs de l’arrogant juge, l’italien De Rossi qui tenait par l’intimidation à ridiculiser l’imposant prisonnier, notamment à travers un interrogatoire haineux.

Par exemple, à la question capitale de savoir si Papa Simon Kimbangu était prophète, le prisonnier à la barre repondit clairement: " Mono i ntumua mfumu e to Yisu Klisto, Mono ki ngunza ko" ( en langue maternelle - kikongo), ce qui signifie:- Je suis l’Envoyé du Seigneur Jesus Christ, je ne suis pas un prophète. Ceci est pourtant clair, mais une confusion s’y est quand même greffée, par la suite. Les missionnaires lui ont collé, en fin de compte, le nom de prophète.

La peine de mort infligée à Papa Simon Kimbangu le 3 octobre 1921 fut commuée en travaux forcés à perpétuité le 22 Novembre 1921 par sa Majesté le Roi Albert 1er de Belgique, suite à une requête introduite le 4 Novembre 1921 par la "Baptist Missionary Society" auprès du Roi de Belgique.

Le 3 décembre de la même année, Papa Simon Kimbangu fut transféré à Kinshasa (ex. Léopoldville) par train spécial sous une escorte de plusieurs dizaines de soldats et un officier belge. L’Administration coloniale locale n’était, toutefois pas contente de la décision prise par le Roi Albert 1er et tenait à éliminer physiquement Papa Simon Kimbangu qu’elle trouvait encombrant, voire dangereux.

A Kinshasa, le prisonnier était transféré à la prison de Kitambo, puis ensuite à Lutendélé au bord du fleuve Congo. Et là, les autorités coloniales vont mettre Papa Simon Kimbangu dans un fût contenant des produits asphyxiants. Le fût soudé est jeté dans le fleuve, mais quelques instants après, Papa Simon Kimbangu sortira miraculeusement sain et sauf.
On va alors le fusiller sur le champs, mais helas pour les tirailleurs, Papa Simon Kimbangu ne mourra pas et va continuer à avancer comme si de rien n’était. On va alors l’attacher à l’aide d’une chaîne(gardée jusqu’alors) contre une grosse pierre et jeter dans le fleuve. Papa Simon Kimbangu réapparaitra et marchera tranquillement sur les eaux du fleuve pour revenir se livrer à ses tortionnaires. Toutes les tentatives d’assassinat du prisonnier échouèrent.

Le 6 Décembre 1921, Papa Simon Kimbangu effectuera un long voyage pour aller purger, injustement trente ans dans une cellule exigue de 2m de long, 75cm de large, 1,78m de haut à la prison de Kasombo à Lubumbashi (Congo Kinshasa). Il y recevait 12O coups de fouet, puis immédiatement un bain durable d’eau salée dans le but bien précis d’approfondir sa torture.

Durant la période de son incarcération, Papa Simon Kimbangu a mené, en parallèle à l’extérieur une grande activité: en Afrique et dans le monde.
Il apparaissait ailleurs, alors qu’il était supposé être en prison à Lubumbashi. Son rôle pendant la deuxième guerre mondiale est bien connu des Européens, notamment des Autorités belges qui continuent à garder ,dans le plus grand secret des documents et témoignages importants sur la personalité divine de Papa Simon Kimbangu. Les Kimbanguistes continuent d’exiger ces documents utiles pour l’humanité, notamment ceux relatifs au faux jugement de Papa Simon Kimbangu à Mbanza-Ngungu en 1921 et dont la cruelle sentence manquait visiblement d’argumentation juridique.. Les populations africaines et africaines-américaines ont tout interêt à connaitre profondément la réalité sur Papa Simon Kimbangu, son role et sa place en tant que leader historique et charismatique.

Continuons l’examen des actions de Papa Simon Kimbangu. Le 4 Octobre 1951, Papa Simon Kimbangu quitta sa cellule de Kasombo en disant que sa prison était terminée. Il sera par la suite hospitalisé, à la suite d’une maladie typique. Les missionnaires circulaient toujours autour de lui, gesticulant des programmes destabilisateurs. Un jour, Papa Simon Kimbangu les mit au défi en leur demandant ceci : "si vous êtes de véritables oints de Dieu, dites moi le jour et l’heure exacte de ma mort". Tous étaient bloqués et déclarèrent forfait en disant qu’à cette question, seul Dieu peut donner la réponse. C’est alors que Papa Simon Kimbangu leur annoncera, lui même le jour et l’heure exacte de sa mort: le vendredi 12 Octobre 1951 à 15 heures précises.

Ainsi, quelques jours plus tard à l’hopital, devant témoins, après une prière, Papa Simon Kimbangu poussera son dernier soupir le vendredi 12 octobre 1951, exactement à 15 heures précises. Une autopsie fut immédiatement réalisée sur son corps. Les missionnaires et les médecins blancs voulaient en savoir plus sur cet homme très mystérieux.
Quand les médecins ont ouvert son corps, ils ne trouvèrent aucun organe vital à l’intérieur: pas de coeur, pas de poumons, pas de foie, pas d’intestins ni d’estomac. C’etait, tout simplement incroyable, chacun avait la main portée à la tête et les yeux grandement ouverts. Comment pouvait - il vivre, se demandait l’assistance ?

Toutes les interprétations allaient bon train, le mystère légendaire de Papa Simon Kimbangu continuait à se cristalisait dans les consciences. Le 13 octobre 1951 dans la matinée, le corps de Papa Simon Kimbangu fut enterré à Lubumbashi. Plusieurs africains et des soldats assistaient aux funérailles. Une dizaine de soldats furent désignés pour garder la tombe en permanence.

A l’annonce de la mort de Papa Simon Kimbangu, les Autorités coloniales étaient très joyeuses, et le même samedi 13 octobre 1951, un dîner fut organisé à l’hotel Régina de Kinshasa. En plein dîner, Papa Simon Kimbangu réapparait physiquement en leur présence. C’était la vraie panique, la grande débandade. Chacun prenait ses jambes à son cou. Il y a eu des fractures et des blessures aucours des fuites tous azimuts.. Le seul congolais témoin présent à cette soirée fut, par la suite envoyé en Belgique avec toute sa famille pour garder secret cette nouvelle très troublante. Le témoin divulgua, néanmoins le secret au premier Fils de Papa Simon Kimbangu.

En 196O, année des indépendances africaines, la décision fut prise par l’Eglise Kimbanguiste d’exhumer, puis rapatrier le corps de Papa Simon Kimbangu dans son village natal Nkamba. L’exhumation eut lieu le Jeudi 24 Mars 196O. Tous étaient présents au cimetière, noirs et blancs, chacun voulant savoir ce qui allait encore se passer. Et il s’est passé effectivement des faits extraordinaires.

Quand on a ouvert le cercueil, à la plus grande stupéfaction de tous, le corps de Papa Simon Kimbangu était tout à fait intact, sans modification aucune, comme si l’interessé venait à peine de mourir. Et pourtant , après l’autopsie rien n’a été fait pour conserver le corps, pas de formol ni autres produits chimiques appropriés. Après plus de huit ans sous terre, le corps avait encore un oeil ouvert et un autre fermé; les Kimbanguistes disent que c’est pour voir les vivants d’une part, et les morts d’autre part.

Un autre évènement extraordinaire fut également constaté au cimetière: ce jour de l’exhumation du corps de Papa Simon Kimbangu, quatre cadavres des autochtones transportés pour l’inhumation à ce même cimetière ont ressuscité. Certains temoins de ces évènements sont encore en vie.

Le 2 Avril 196O, le corps de Papa Simon Kimbangu est arrivé à Nkamba où il est resté exposé un mois durant à l’extérieur pour que chacun puisse venir rendre librement un hommage. Depuis ce temps, il reste dans un mausolée à Nkamba où plusieurs visiteurs, pélerins et fidèles déferlent chaque année. Certains y voient en vision spirituelle directe les membres de la Communauté des Saints (Abraham, Moise, les Disciples, etc ...), et bien d’autres miracles de réconfort spirituel et de raffermissement de la foi en Dieu.

Il est difficile de décrire ici tous les signes de puissance (miracles) accomplis par Papa Simon Kimbangu. Notons, cependant quelques uns encore. Durant toute la période allant de son enfance jusqu’à sa mort, Papa Simon Kimbangu a montré plusieurs signes de puissance , comme l’avait déjà annoncé Jesus Christ: " le Consolateur qui viendrait accomplir son oeuvre, en ferait de plus grandes encore que le Christ n’en a faites" (Jean 14:12).

En effet, Papa Simon Kimbangu a guéri toutes sortes de maladies au nom de Jesus Christ; il a rendu la vue aux aveugles, l’audition aux sourds, la voix aux muets, fait marcher les paralytiques, calmé et guéri les malades mentaux, ressuscité les morts. La route vers Nkamba était toujours comble de monde. Le cas de résurrection spectaculaire fut celui d’une jeune fille appelée DINA (d’environs 15 ans), morte dans un village de la région depuis trois jours. Papa Simon Kimbangu à travers sa prière, alors s’écria:"Dina, au nom de Jesus-Christ, ressuscite".

Le corps déjà en décomposition très avancée revint à la vie, comme celui de Lazare ressuscité par Jesus Christ; Dina ouvrit les yeux et se leva aussitôt. C’était la joie.
Papa Simon Kimbangu n’a cessé d’apparaitre ici et là physiquement, vivant et mangeant avec ses fidèles, adressant des messages aux chrétiens, aidant les humains en détresse partout sur la planète. Les apparitions-séjours de Papa Simon Kimbangu ont été observées au Congo -Kinshasa, par exemple, dans les villages de Efonda (Equateur), à Béfalé(Equateur), à Boma en 1942, à Makanga, à Panu Sumbu, dans la zone de Sandoa (Shaba) en 1949, à Kindu(1962), dans la zone de Kongolo (Tanganika), dans la zone de Dilolo (Lualaba), à Mbululu, à Kisangani, à Lowa du 29 Juillet au 5 Aout 1952, etc ...
L’apparition inédite de Papa Simon Kimbangu fut son omniprésence en cinq endroits différents en même temps: à Ekafela, à Mbandaka, à Buéndé, à Bolafa et à Lubumbashi en Avril 1942. Cinq S. Kimbangu furent arrêtés et rassemblés à Lubumbashi pour ne donner qu’un seul, resté en prison. Au Congo-Brazzaville, ses apparitions physiques ont été observées à Koundzoulou(District de Ngabé), à Kinsasa-Bibubu(District de Boko), à Gamboma(Plateaux Batéké), à Brazzaville, etc ... Les derniers séjours de Papa Simon Kimbangu parmi les chrétiens au Congo remontent à la guerre civile à Brazzaville en Juin-Octobre 1997 où il a assisté plusieurs chrétiens en détresse, ainsi que plusieurs autres citoyens. La population Brazzavilloise peut encore en témoigner. Beaucoup de gens ont alors raffermi leur foi en Papa Simon Kimbangu.

Les apparitions-séjours de Papa S. Kimbangu ont été observées également en Angola, au Nigeria, en Europe, en Amérique, en Asie et Océanie. Pendant son incarcération, un jour depuis sa prison, Papa Simon Kimbangu décida de faire un voyage spécial en compagnie d’un prêtre belge à travers le monde en moins de dix minutes. Il demanda au prêtre belge de toucher, tout juste son vêtement. Après la prière, ils étaient dans le monde, dans l’omniprésence. Pendant un court moment, ils ont visité des milliers et des milliers de familles sur tous les continents à travers la planète. Ils ont visité particulièrement la famille du prêtre en Belgique et ont vu ce qui s’y faisait dans cette famille.L’accompagnateur de Papa Simon Kimbangu était joyeux de revoir les membres de sa famille. Les deux voyageurs allèrent ensuite à Rome, au Vatican où ils virent beaucoup de choses, puis revinrent à Lubumbashi en prison. Le prêtre belge fut complètement bouleversé et ne put résister à teléphoner à son supérieur pour lui faire part de ce qu’il venait de vivre avec Papa Simon Kimbangu. Quelques temps après, la décision fut prise d’extrader le prêtre en Belgique, pour toujours. Tout ceci, pour essayer de cacher, le plus possible , la vérité sur la personne de Papa Simon Kimbangu. Mais, le prêtre belge extradé fit finalement son témoignage parceque l’évènement d’omniprésence sur la planète était plus fort que lui. Comme quoi, on ne peut indéfiniment cacher la vérité.

Le 29 Juillet 1952, neuf mois après sa mort , Papa Simon Kimbangu a apparu physiquement aux fidèles rélégués à Lowa (Congo Kinshasa). Il a vécu physiquement parmi eux pendant 8 jours, mangeant, buvant comme chaque personne. Il prêchait beaucoup. Alors le 5 Août 1952, il déclara à l’Eglise :"Nous avons vaincu le monde et ses quatre coins m’ont été accordés par Dieu. Il n’y aura plus qu’une seule Eglise, une seule langue, un seul royaume, un seul roi, moi Simon Kimbangu, enfant bakongo".
Cette déclaration de Lowa révèle que Papa Simon Kimbangu sera toujours parmi les humains. Notons toutefois, que le même 5 Août 1952 les villageois de Lowa et des environnants avaient assisté à l’ascension majestueuse de Papa Simon Kimbangu dans les cieux. Le corps couvert d’étoiles très brillantes, il montait doucement au ciel, en pleine nuit et dans une béatitude indescriptible.

En Asie, en 1989 Papa Simon Kimbangu a apparu en Corée auprès de Madame KIM de l’Eglise de l’Unification. Mme KIM, en compagnie d’autres personnes étaient en pleine retraite spirituelle dans les hautes montagnes de Corée. C’est dans ces conditions qu’elle verra pour la première fois un noir qui lui parlait dans sa langue coréenne. Elle a eu peur et fuyait. Mais chaque fois qu’elle fuyait ou se détournait, Papa Simon Kimbangu était toujours à coté d’elle. Papa Simon Kimbangu était omniprésent et toute fuite fut sans objet. Alors fatiguée de courir en vain, elle se résigna à avoir avec Papa Simon Kimbangu une conversation qui fut foncièrement chrétienne. Mme KIM reçut finalement un important message de Papa Simon Kimbangu à son fils, Diangienda Kuntima.

Madame KIM vint à Kinshasa en 1989 et fit un témoignage émouvant, notamment sur le message de Papa Simon Kimbangu à son fils : " Dites à mon fils que nous sommes restés prisonniers pendant 44OO ans; nous sommes libérés et il ne doit pas s’en faire malgré les injures, les calomnies, les mauvaises intentions qu’on lui prête; il ne doit pas avoir peur, il doit dire publiquement que notre prison est terminée. Il commence maintenant une nouvelle mission; il ne doit pas faire marche en arrière à cause des taquineries. Jésus a été taquiné. Moi même, j’ai été traité de magicien. Ces gens qui le traitent de magicien et autres finiront par céder quand ils seront à cours d’argument pour essayer de l’enfoncer; ils vont s’enfoncer eux mêmes. Ils ne comprennent pas. Il doit être ferme dans sa foi; nous sortirons victorieux. Notre prison est terminée."

Une révélation importante fut le témoignage du Pape Jean Paul II, vers le début des années quatre vingt en Afrique centrale, quand il déclara que : " Dieu est noir, Jesus Christ est africain et vit au nord de l’Angola". On comprend, ..., il venait de livrer, en substance les secrets de Fatima. En effet, le 13 mai 1917, la Sainte Vierge Marie était apparue dans une peau noire à trois enfants portugais à Fatima au Portugal: Lucie Dos Santos -1Oans, François -9 ans et Jacette Marteau - 7 ans. La Sainte Vierge Marie leur remit une enveloppe fermée, destinée au Pape de Rome. Sur cette enveloppe, il était écrit : "A ne pas ouvrir avant 196O". La lettre parvint, bel et bien au destinataire et le contenu fut gardé secret, bien après 196O.

De ce qui précède, on peut retenir quelques attributs de Papa Simon Kimbangu:
1. Papa Simon Kimbangu est l’Envoyé Spécial du Seigneur Jesus Christ (Jean 14:16). L’Eglise kimbanguiste s’appelle, d’ailleurs "Eglise de Jesus Christ sur la terre par son Envoyé Spécial Simon Kimbangu.

2. Papa Simon Kimbangu a accompli plusieurs actes de puissance, a fait et continue à faire des grandes oeuvres, plus grandes que celles réalisées par Jesus Christ. Papa Simon Kimbangu va continuer à vivre éternellement parmi nous sous la forme humaine visible ou invisible, à travers son sang dans sa postérité (Jean 14:16).

3. Papa Simon Kimbangu révèle le sens des choses cachées, les secrets du monde terrestre et céleste (Jean 16:13); cet attribut est généralement réservé à Dieu. Le rôle des prophètes est principalement d’annoncer les messages divins. Mais, Simon Kimbangu révèle les enseignements de Jesus Christ, en dévoile le sens caché et annonce les évènements passés et à venir.

La mission de Papa Simon Kimbangu ne s’identifie donc pas simplement à un prophète.(Plus haut, nous avons noté sa réponse personnelle à la barre en 1921, quand Mr De Rossi lui demanda s’il était prophète: Papa Simon Kimbangu précisa bien qu’il n’était pas un prophète, mais l’Envoyé du Seigneur Jesus Christ). Il est vrai, aucours du temps, la description de la personne de Simon Kimbangu a varié, tout juste par stratégie interne aux kimbanguistes durant la longue période de persécution, pour se dévoiler progressivement à nos jours. La forte et impressionnante personnalité de Papa Simon Kimbangu, selon divers témoignages concordants, laissait perplexe et on n’en trouvait pas facilement de qualificatif. Il était tellement hors du commun, au vu même de ses actes de puissance depuis son enfance jusqu’alors.

L’attribut de dévoiler le sens caché des choses a permis aujourd’hui à plusieurs fidèles kimbanguistes de connaitre certaines révélations sur le Royaume céleste, sur le sens caché des écritures saintes, sur les raisons spirituelles de la colonisation, etc ...
C’est par exemple, à travers les révélations de Papa Diangienda Kuntima que les Kimbanguistes ont su que Papa Simon Kimbangu est l’Esprit de vérité, promis par notre Seigneur Jesus Christ.

4. A partir de sa déclaration à l’age de dix ans, de ses nombreux séjours concrets parmi nous jusqu’alors et de ses révélations du 5 Août 1952 à Lowa, on peut conclure que: Simon Kimbangu FUT (avant sa naissance physique) , EST PARMI NOUS EN PERMANENCE (preuves vivantes de séjours perpétuels) et SERA TOUJOURS (déclaration à Lowa). Une telle personne très spirituelle, transcendentale qui est en dehors du temps et de l’espace. ne peut être que l’Esprit de vérité promis par notre Seigneur Jesus Christ (Jean 14:16).

5. Papa Simon Kimbangu a démontré l’omniprésence, propre à Dieu. Le don d’ibiquité fait de Papa Simon Kimbangu, une personne hors du commun, en tous cas, bien au delà de la sphère des prophètes et disciples. De ce point de vue, nous comprenons comment Papa Simon Kimbangu pouvait visiter en même temps, plusieurs milliers de familles humaines sur toute la planète en moins de dix minutes. Nous comprenons également comment Papa Simon Kimbangu pouvait mener une activité intense sur differents points de la planète alors qu’il était supposé être en prison à Lubumbashi. Le Seigneur Jesus Christ avait raison de nous avertir que l’Esprit de vérité qui sera toujours avec nous, le monde ne peut le recevoir parcequ’il ne peut ni le voir, ni le connaitre (Jean 14:16-17). Qui pouvait imaginer que le paraclet devrait être noir et vivre parmi les noirs pour toujours afin de les consoler, les libérer et les réhabiliter ! La couleur de la peau prise par le Saint Esprit sur terre lui a occasionné plusieurs difficultés réelles et même un rejet. On tenta ainsi, vainement d’instaurer des combinaisons humaines audacieuses pour démontrer que le Saint Esprit n’est pas une personne, mais une influence impersonnelle, une simple émanation divine, une colombe, du vent, etc...

Tout fut utilisé à fond pour faire la guerre au Saint Esprit. Et pourtant les contradicteurs, les détracteurs n’ont pu démentir la Bible à ce sujet. En effet, la Sainte Bible nous apprend que le Saint Esprit est une personne parlante, ayant l’intelligence, les sens humains, une volonté pour agir et guider (Apocalypse 2:7; 1 Corinthiens 2:1O-12; Ephésiens 4:3O-31; Galates 5:25). Le Saint Esprit (disons, chaque personne de la Sainte Trinité) a toutes les facultés humaines, placées au niveau divin.

De toutes les façons, les écritures saintes sont claires à ce sujet : "Dieu créa les êtres humains à sa propre ressemblance; Il les créa homme et femme"(Génèse 1:27).
Plus, les pôts ne pourront jamais élire un autre pôtier. Nous demeurerons des pôts et notre Créateur Dieu , l’unique pôtier qui fait ce qu’il veut de ses pôts.
Au seuil du troisième millénaire, la polémique préméditée entre les fameuses thèses du Dieu impersonnel et du Dieu avec corps humain constitue donc une véritable diversion parmi les enfants de Dieu, sur toute la planète.

Les attributs de Papa Simon Kimbangu constituent une réelle argumentation.. Les témoignages à ce sujet sont disponibles et peuvent être complétés.
C’est pourquoi, intériorisant l’oeuvre évangélique de Papa Simon Kimbangu et ses nombreux actes de puissance, plus de huit millions de Kimbanguistes dans le monde croient en Papa Simon Kimbangu, comme le Saint Esprit ayant pris un corps humain et non l’inverse.

Simon Kimbangu est le nom africain donné au corps vivant, pris par le Saint Esprit dont le Royaume du 3è millénaire va constituer un véritable soulagement pour les personnes de foi.